Pour profiter de votre basin sans exposer vos enfants à des risques de noyades, il vous est nécessaire de mettre en place un dispositif de sécurité piscine. En outre, la loi en vigueur oblige les propriétaires à en installer un, sous peine d’amende et de sanctions pénales sévères. Mais le plus important est la surveillance.

Les devoirs des propriétaires de piscines

Après que la loi du 1er janvier 2004 sur la mise en place d’un dispositif de sécurité pour piscine ait été établie, à part l’entretien de la piscine et les taxes foncières, les propriétaires ont l’obligation d’installer au moins un dispositif suivant les normes NF. Si la loi ne visait en 2004 que les personnes en possession d’une piscine non close enterrée, depuis l’année 2006, tous les propriétaires sont concernés. Ils doivent alors choisir entre quatre options :

  • la barrière de sécurité pour piscine qui doit être souple et atteindre une hauteur de 1,10 m au minimum ;
  • la bâche d’hivernage de sécurité qui doit entourer le bassin en le fermant ;
  • l’alarme sonore qui se place autour du bassin et à la surface de l’eau (la plus prisée) ;
  • l’abri de piscine qui doit nécessairement être fermé.

Ces équipements visent surtout la sécurité des enfants quant aux risques de noyades. Cependant, la surveillance des parents est la meilleure arme pour éviter les dangers.

Les obligations des constructeurs

Les constructeurs ou les installateurs, à part les travaux qu’ils doivent effectuer sur une piscine, ont l’obligation de remettre aux propriétaires une note technique pour que ceux-ci connaissent les conditions d’entretien et les normes à suivre pour l’installation d’un dispositif de sécurité. Ils sont aussi appelés à informer leurs clients sur les risques de noyade et leurs conseillers sur les gestes à faire et ceux à éviter. Cette procédure doit être effectuée au plus tard à la date de réception de la piscine.

Information proposé parhttps://www.irrijardin.fr/

Dans la même catégorie:

One thought on “Sécurité des piscines privées : les obligations des propriétaires

  1. Un mot sur l’alarme quand même : n’oublions que qu’un tel système se déclenche après l’incident, c’est à dire quand l’enfant est dans l’eau. Ne parlons même pas des déclenchements intempestifs. Bref, je préfère largement une bâche ou mieux, un volet roulant.

    Mais de toutes façons, un enfant qui ne sait pas nager n’a rien à faire, seul et sans surveillance, autour d’un bassin non protégé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *